Après la fin

Traduit par gabrielle.

Faith se tenait debout devant la fenêtre du séjour de la maison Summers et regardait dehors. La part de son esprit qui essayait de penser à n’importe quoi d’autre que ce qui se passait actuellement, se demanda combien de fois elle avait été brisée et remplacée. Et à l’époque de quelle propriétaire de la maison elle avait été brisée le plus souvent. Joyce, probablement. Elle avait possédé la maison le plus longtemps. Buffy l’avait eu pour moins de deux ans, et c’était celle de Dawn depuis seulement quelques mois.

« Je pense toujours que tes rêves sont des trucs de Tueuse » fit Dawn. « A chaque fois qu’elle avait des rêves récurrents, c’était une sorte de présage »

Il y avait à la fois une certaine hésitation et insistance sur le ‘elle’. Dawn n’était pas la seule à parler comme ça. Faith et Tara le faisaient aussi. Habituellement, le contexte permettait de facilement savoir à quelle morte elles faisaient référence.

« D’en dessous, il dévore » fit Tara. « Si c’est un présage, je ne pense pas que ce soit pour quelque chose d’agréable »

« Ce n’est jamais le cas avec les présages » acquiesça Faith.

« Ils peuvent l’être » fit Dawn. « Je ne crois pas que ce soit pour cette fois, ceci dit. Avec les filles qui sont tuées dans les rêves et tout. »

« J’aimerais qu’on puisse rassembler le scooby gang » dit Tara. « Giles saurait quoi faire. »

Faith se détourna de la fenêtre, retourna une chaise de façon à ce que son dos fasse face à la table basse et l’enjamba.

« Et bien il est parti » déclara-t-elle. « Alors c’est nous maintenant. »

« Anya est en ville » suggéra Dawn.

« Je m’en souviendrais quand je voudrais me venger de quelque chose » répondit Faith. « Mais pour le moment, non merci »

Il y eut un moment de silence inconfortable.

« Alors, qu’est ce qu’on fait ? » Demanda finalement Tara.

Faith se releva de la chaise.

« Je sais ce que je fais. » Fit-elle. « Je vais patrouiller. »

Quelqu’un avait nettoyé la pierre tombale cette fois encore. Faith pensa qu’elle devrait être heureuse que l’on s’en préoccupe, mais cela l’ennuyait tout de même. Elle reprit son marqueur de la poche de son blouson, et une nouvelle fois, ajouta « 1997 » et « 2002 » à la date « 2001 » qui avait été ciselée dans la pierre sous le nom « Buffy Anne Summers ».
Quand elle eut fini, elle se percha sur la pierre tombale. Elle était à peu près sure qu’il n’y avait pas de vampires aux alentours. Elle avait été dans le coin assez souvent dans le courant des mois précédents pour que le mot soit passé que cette tombe n’était vraiment pas l’endroit où se trouver si vous étiez un vampire.

« J’aurais jamais pensé dire ça, mais j’aimerais que tu sois là B » dit-elle. « J’aimerais que tu sois là pour t’occuper de cette merde et me dire à qui botter le cul. Je vaux rien comme leader. »

Il n’y eut aucune réponse, bien sur. Buffy ne se montrerait pas pour lui dire quoi faire, et elle devait se coltiner d’être un leader.

« Quand je pense, » continua-t-elle. « qu’après tout ce que tu as traversé, tu y es finalement restée sur une table d’opération à cause d’un truc aussi banal qu’une putain de blessure par balle. »

Elle sauta au bas de la pierre tombale et resta debout à côté à la regarder.

« Tara s’en sort pas mal sinon, » fit-elle. « Pleure pas trop la nuit. Elle est plus forte qu’elle n’en a l’air, celle-ci. Si j’avais été dans sa situation, voir ma copine abattue en plein cœur juste devant moi, je me serais déchaînée jusqu’à mettre en pièces le bâtard qui a fait ça. Pas juste m’assurer que la police l’arrête… »

Elle regarda autour d’elle. L’endroit était toujours mort, comme… un cimetière.

« Je serais peut-être pas là pour te voir demain, » ajouta-t-elle. « Je devrais vraiment patrouiller de l’autre côté de la ville pour une nuit ou deux. Alors prends soin de toi, tu entends ? »

Il n’y eut pas de réponse, juste le faible bruit des voitures dans le lointain.

« Ok, » conclut Faith.  « A bientôt, B »

Elle sortit en courant du cimetière, aussi vite que ses jambes pouvaient la porter. Peut-être que si elle se fatiguait physiquement assez sur le chemin du retour, elle pourrait dormir.

Quand Faith arriva à la maison, elle rentra par la porte de derrière et à sa grande surprise, trouva Tara assise à la table de la cuisine préparant une tasse de thé. Aux herbes, d’après l’odeur.

« Tu n’es pas au lit ? » Demanda Faith. « Je pensais que tu avais cours demain matin. »

« Je ne pouvais pas dormir » répondit Tara. « Le thé à la camomille me calmera peut-être »

Faith resta hésitante à la porte.

« Inquiète au sujet des présages ? » Fit-elle.

Tara hocha la tête. « Et elle me manque. C’est toujours pire juste après être allée au lit. »

« Ouais » fit Faith. « Je connais ça »

Tara leva les yeux vers elle.

« Tu veux un peu de thé ? » Demanda-t-elle.

Pendant un moment, une réponse cuisante sur le fait qu’elle ne buvait pas de l’herbe bouillie fut sur le point de sortir de sa bouche ; Mais sans qu’elle sache comment, elle mourut en chemin.

« Bien sur, » répondit-elle. « Merci. »

Elle s’assit à la table alors que Tara s’agitait avec de l’eau bouillante et pesait des herbes sèches.

« Alors, la patrouille ? » Interrogea Tara.

« Ennuyeux, » dit Faith. « C’est comme si tous les vampires et démons étaient partis. C’est comme si c’était sûr dehors. »

« Tu sais, » fit Tara. « Certaines personnes diraient que c’est une bonne chose. »

« Ça m’inquiète » répondit Faith. « Ce n’est pas naturel. Comme si tous attendaient qu’un truc énorme se produise. »

Tara plaça une tasse fumante d’un liquide marron pale devant Faith.

« Le calme avant la tempête » fit-elle.

« Ouais » approuva Faith. « Ça »

Tara se rassit et but un peu de sa propre tasse.

« Et bien nous y ferons face, » dit-elle. « C’est ce que font toujours la Tueuse et ses amis non ? »

« Je ne suis pas la moitié de la Tueuse qu’elle était, » fit Faith. « Et si je ne suffis pas ? »

Tara posa sa main sur celle de Faith.

« Tu t’en sortiras très bien » dit-elle.

Faith but de sa tasse de thé. C’était meilleur que ce à quoi elle s’attendait.

« Et j’ai une sorcière avec moi, tout comme elle » dit-elle.

Tara fronça les sourcils. Ce n’était pas la réponse que Faith espérait.

« Je suis loin d’être aussi puissante qu’elle l’était. » Fit Tara. « Vraiment »

« Mais tu peux utiliser ton pouvoir sans devenir cinglée. » Répliqua Faith. « J’appelle ça un plus »

Les yeux de Tara se baissèrent jusqu’à ce qu’elle fixe sa tasse de thé.

« J’aimerais qu’elle soit là » dit-elle.

Cette fois, ce fut Faith qui mit sa main sur celle de Tara.

« Hé, je ne voulais pas dire ça » fit-elle. « Je voulais juste dire que je suis vraiment contente de t’avoir ici, ok ? Je veux dire, je t’en voudrais pas si tu partais juste et que tu te faisais une vie ordinaire et en sécurité quelque part. Ça n’a plus à être ton combat. »

« Si, ça l’est » répondit Tara. « Après Glory, il n’y a jamais eu vraiment le choix »

Elle but de son thé une nouvelle fois, regardant prudemment vers Faith.

« De plus » ajouta-t-elle. « Je ne pouvais pas quitter Dawn. Elle a déjà perdu bien trop. »

« Ouais » approuva Faith. « Trois morts dans la famille quand tu as juste une mère et une sœur, ça craint un max »

Elle but une profonde gorgée de thé. C’était agréable, mais cela manquait… de quelque chose.

« Tu penses que ce truc irait avec du bourbon ? » Demanda-t-elle.

Tara secoua la tête.

« Mais le rhum ça va par contre » ajouta-t-elle.

Faith la dévisagea, sa tasse stoppée net à moitié sur le chemin à sa bouche.

« Tu as essayé ? » Demanda-t-elle.

« Bien sur » dit Tara. « Ainsi que le brandy, le calvados et la tequila »

Elle tressaillit de façon visible.

« Je ne recommande vraiment pas la tequila »

« Pour je ne sais quelle raison, je pensais que tu ne buvais pas » dit Faith.

Tara haussa les épaules.

« Juste pas souvent » fit-elle.

Faith la regarda et pour une fois, leurs yeux se croisèrent et ne se dérobèrent pas.

« Est-ce qu’on a du rhum ? » Demanda-t-elle.

« Oui » répondit Tara. « Mais comme tu l’as dit, je dois aller à la fac demain. Je vais aller me coucher maintenant. »

Elle se leva et rinça avec précaution la tasse qu’elle avait utilisée. Faith regarda en silence. Tara s’arrêta sur le seuil de la porte alors qu’elle sortait de la cuisine et se retourna vers Faith.

« Peut-être… » fit-elle.

« Peut-être quoi ? » Répéta Faith.

« Peut-être qu’on pourrait essayer le thé aux herbes avec le rhum vendredi, après que Dawn soit allée au lit ? »

Faith sentit un sourire se former sur son visage.

« Ouais » répondit-elle. « J’aimerais bien »

Plus tard, cette nuit-là, alors qu’elle était sur le point de s’endormir, la chambre et le lit qui furent ceux de Buffy ne lui semblèrent pas aussi solitaires que d’habitude.

 

Quelques jours passèrent. Faith décrocha un boulot, comme conseillère au nouveau lycée de Sunnydale. Elle trouvait ça hilarant, considérant qu’elle-même n’avait jamais été au lycée. Quoique ce soit un argument finalement. « Hé les gosses, j’ai raté l’école et j’ai fini en prison ». Plutôt un bon argument en fait. Et puis, le principal était plutôt canon. Pour un gars.

Les patrouilles continuèrent d’être faciles. C’était vraiment comme si tous les vampires du coin avaient soudain décidé de quitter la ville. Ce qui inquiétait Faith plus qu’elle ne voulait l’admettre devant Tara. Si les vilains quittaient la ville, quelque chose de mauvais arrivait.
Elle augmenta ses patrouilles autant que possible, évitant de dormir au maximum dans le but d’essayer de trouver aussi tôt que possible ce qui était sur le point de se produire.
Et ce fut comme cela qu’elle manqua l’espèce de non-rendez-vous du vendredi avec Tara.

« Oh » fit-elle en rentrant à la maison vers deux heures du matin et trouvant Tara endormie dans le salon sur le canapé avec un pot de thé froid et une bouteille de rhum jamaïcain non ouverte.

« Hé » dit-elle, en secouant aussi gentiment que possible l’épaule de Tara. Les yeux de Tara s’ouvrirent et pendant un moment, le sourire le plus béat que Faith ait jamais vu adressé dans sa direction, apparut sur son visage.
Puis il s’évanouit pour être remplacé par l’habituel sourire amical de Tara.

« Hé » fit Tara. « Tu es en retard. »

« Je suis désolée » répondit Faith. « J’avais oublié notre… arrangement »

« Non, ce n’est pas grave » dit Tara. « Patrouiller est important »

« Même quand je trouve rien ? »

« Même »

Faith ne put s’empêcher de sourire.

« Je proposerais bien de refaire du thé » fit-elle. « Mais je suis vraiment nulle en cuisine, et je veux juste aller au lit de toutes façons. Donc, une autre fois ? »

Tara hocha la tête. « Je suis assez fatiguée aussi. Je vais juste aller au lit »

Elle voulut se lever du canapé, mais dans son état semi-endormi, tomba à moitié. Faith la rattrapa et sans savoir comment, finit par la porter.

« Je vais t’emmener dans ta chambre » dit-elle.  Tara était douce et chaude dans ses bras, et elle sentait légèrement l’encens.

« Je suis lourde » maugréa Tara.

« Force de Tueuse » répondit Faith. « C’est pas un problème »

Elle monta les escaliers, prenant bien garde à ne pas heurter ni la tête ni les pieds de Tara dans quelque chose sur le chemin.

« Faith ? » fit Tara.

« Oui? »

« Est-ce que je peux dormir dans ta chambre? »

Faith manqua de la laisser tomber.

« Quoi ? »

« Juste dormir, vraiment. C’est… Je n’ai pas l’habitude de dormir seule.  Je ne cesse d’écouter sa respiration et ça prend des heures pour m’endormir. Peut-être que si je pouvais entendre la tienne… »

Un étrange mélange d’instinct de protection et de déception parcoururent Faith.

« Bien sur » fit-elle. « Il y a un matelas libre. Je le prendrai et dormirai sur le sol. Tu prends le lit »

« Merci » murmura Tara.

D’après Faith, elle était endormie avant même qu’elles n’atteignent la chambre. Mais elle fit tout de même ce qu’elle avait dit.

Faith était agenouillée devant la pierre tombale. Cette fois-ci, les dates qu’elle avait ajoutées n’avaient pas disparues.

« Désolée d’avoir été si longue » fit-elle. « Il se passe des trucs étranges et j’essayais de découvrir ce que c’est. Ça marche pas trop bien, entre moi qui suis pas trop intelligente et le fait que j’ai pas d’Observateur pour m’aider. »

« Et bien, c’est ce qui arrive quand on torture les gens » fit une voix derrière elle. « Ils ne restent pas dans le coin pour aider. »

Faith se releva et fit volte-face si vite qu’elle en laissa presque des marques dans l’herbe. Une fille blonde, petite et mince, se tenait à quelques mètres.

« Salut Faith » fit Buffy. « Tu as l’air tendue. Tu dors assez ? »

« Buffy » murmura Faith.

« Hé, tu te souviens de moi ! » S’exclama Buffy. « Devrais-je être flattée ? »

« Mais tu es morte » dit Faith. C’était presque autant une question qu’une affirmation.

« En fait, je le suis. » Répondit Buffy. « C’est le charme de la troisième fois je suppose. »

« Alors… Pourquoi ? Comment ? »

Buffy lui sourit et battit des cils de façon presque imperceptible. Faith se souvint soudain avec une douloureuse clarté combien elle avait eu le béguin pour elle.

« Une fille ne peut pas juste passer faire une visite à une vieille amie ? » Fit Buffy.

« Après qu’elle soit morte, la réponse serait non » répondit Faith.

« Tu as raison, bien sur » dit Buffy. « En fait, je suis ici pour délivrer un message »

« Un message ? De qui ? »

Buffy haussa les épaules.

« Oh, tu sais, » fit-elle. « Comme d’habitude. Mystérieux, vague et tout. »

« Bien. C’est quoi alors ? »

Buffy croisa les bras sur sa poitrine.

« Quelle est la première chose que j’ai jamais essayé de t’apprendre ? » Demanda-t-elle.

« Pas d’histoire de lutte à poil contre un alligator ? »

« Après ça. Au sujet de la chasse. »

Faith haussa les épaules.

« Ne meurs pas. » Répondit Buffy. « La dignité importe peu. Le courage importe peu. L’honneur importe peu. Ce qui importe, c’est que tu ne meurs pas, pour que tu puisses revenir et combattre encore. »

Faith hocha la tête. « Ouais. Je me souviens »

Buffy se rapprocha. Pas assez prés pour toucher ou sentir, mais plus prés.

« Tu dois faire ça maintenant. » Dit-elle. « Ce qui vient dans les mois à venir, c’est plus que tu ne peux gérer. C’est plus que quiconque peut gérer. Alors va-t-en. Prends Dawn et Tara et quittez la ville. Rassemble des forces et reviens plus tard quand tu es prête. »

Faith la dévisagea.

« C’est ça ? » Fit-elle. « Tu es venue de l’au-delà pour me dire de partir ? »

« C’est à peu prés ça » répondit Buffy.

Faith fit un pas de recul.

« Tu n’es pas Buffy, » dit-elle. « Je ne sais pas ce que tu es, mais tu n’es pas elle. »

Buffy haussa les sourcils et sourit.

« Tu penses que je ne suis pas moi ? » Interrogea-t-elle. « Tu veux que je te prouve que je suis moi ? Ok, allons-y »

Elle fit un petit saut pour s’asseoir sur la pierre tombale.

« La fois où on a dansé au Bronze, tu m’as caressé les fesses, » fit Buffy. « J’ai fait semblant de ne pas remarquer tant qu’on était sur la piste de danse, mais plus tard quand on s’est retrouvé seules, je t’ai attrapée et donnée un très mauvais baiser. »

Buffy écarta légèrement les jambes et se pencha en arrière juste assez pour souligner le peu de poitrine qu’elle avait.

« Plus tard, on a partagé de meilleurs baisers, » fit-elle. « Et dans une allée derrière la station de bus, ta bouche a été la première entre mes jambes. »

« Alors tu as ses souvenirs » dit Faith, tentant difficilement de ne pas montrer combien elle était ébranlée. « Tu n’en es pas elle pour autant »

Buffy resserra les jambes et se pencha en avant.

« Bien, » dit-elle. « Ça valait le coup d’essayer. Qu’est-ce qui m’a vendu? »

« Elle n’abandonnerait jamais par avance. » Répondit Faith. « Pas même si Dieu lui-même lui disait de le faire. Elle pourrait battre en retraite pour rassembler des forces, mais elle essaierait de se battre d’abord. »

La chose qui ressemblait à Buffy sauta au bas de la pierre tombale.

« J’essayais juste de te faire une faveur, » dit-elle. « Souviens-t-en plus tard. »

« Bien sur, » répondit Faith. « Je m’en souviendrai. Et maintenant? »

La fausse Buffy la regarda droit dans les yeux.

« D’en dessous, » dit-elle. « Il dévore. »

Dès que la dernière syllabe eut quitté ses lèvres, un cri inhumain provint de tous les alentours. La fausse Buffy gonfla, et en un instant éclata comme un ballon trop gonflé de sang.
Faith esquiva et se couvrit les yeux malgré elle.
Rien ne la toucha. Lorsqu’elle releva les yeux, il n’y avait pas la moindre trace de la fausse Buffy. Pas même des traces de pas là où elle se tenait.

Lorsque Faith arriva à la maison, elle trouva un séjour entièrement dévasté. C’était comme si une tornade avait traversé la pièce, balayant tout sur son passage et détruisant le mobilier.
Tara vint à sa rencontre à la porte.

« N’en veux pas à Dawn » fit-elle.

« Je n’en avais pas l’intention » répondit Faith. « Que s’est-il passé? »

Dawn était assise sur le sol, prés du canapé retourné, ses genoux rassemblés sous son menton. On aurait dit qu’elle avait été terrorisée mais qu’elle ne voulait pas l’admettre.

« Maman est venue me voir » dit-elle, sa voix emplie de défi.

Faith la regarda avec surprise. « Joyce? » Dit-elle. « Tu as vu Joyce? »

Dawn hocha la tête. « Et elle m’a parlé. Elle a dit que ça allait tourner mal très bientôt, et que nous ne pouvons faire confiance à personne. »

« Nous ne pouvons pas? »

Dawn approuva. « C’est ce qu’elle a dit. Elle a aussi dit qu’elle avait pris un grand risque en venant ici, et qu’elle ne le pourrait plus. Alors elle a dit que si je la revoyais, ce ne serait pas elle. Je n’ai pas vraiment compris ce qu’elle voulait dire par là. »

« Je crois que moi oui » grommela Faith.

Du coin de l’œil, elle vit Tara regarder dans sa direction.

« Bien, » fit Faith. « Nettoyons la place. Je veux dîner, et je suis sure que vous avez toutes les deux des devoirs ou ce genre de trucs à faire. »

« Des devoirs? » Protesta Dawn. « Un jour pareil et tu veux que je fasse mes devoirs? »

Faith se baissa et l’aida à se mettre sur ses pieds.

« Écoute la repris de justice sous-éduquée, » fit-elle. « Cette merde est importante. Après qu’on ait arrêté la fin du monde, je veux que tu aies une bonne vie. »

Dawn la regarda d’un air renfrogné.

«Et si le monde finit? » Dit-elle.

« Dans ce cas, tu n’auras plus de devoirs à faire, » répondit Faith. « Mais pour l’instant, tu en as. Vas-y »

Dawn monta les escaliers en tapant des pieds jusqu’à sa chambre.

« Tu as vu quelque chose toi aussi, n’est-ce pas? » Demanda Tara.

Faith hocha la tête. « Quelque chose qui ressemblait à Buffy est venu me voir dans le cimetière. Voulait que j’abandonne, que j’arrête de me battre et que je quitte la ville. »

« Willow est venue me voir à la bibliothèque. » Fit Tara. « Elle a essayé de me convaincre de… la rejoindre. »

Faith fit volte face et fixa Tara.

« Rejoindre…? Te suicider? »

Tara hocha la tête.

« Ce n’était pas elle, » fit Faith, sentant la panique monter en elle. « Même si ça semblait savoir tout ce qu’elle savait, parlait comme elle et tout. Ce n’était pas elle et tu ne dois pas faire ce que ça t’a dit! »

« Je sais que ce n’était pas elle, » répondit Tara. « Willow m’a fait quelques trucs moches, mais elle ne ferait jamais ça. »

Des muscles que Faith ne se souvenait pas avoir contractés, se relâchèrent lentement.

« Donc, quelque chose me veut partie et toi morte. » Dit-elle. « Est-ce que je devrais me sentir insultée? »

Tara secoua la tête. « Si tu meurs, il y aura une nouvelle Tueuse. Si tu fuis juste et ne te bats pas, il n’y aura pas d’autre Tueuse pour te remplacer. »

Faith y réfléchit pendant un petit moment.

« Je suppose » répondit-elle.

Et ensemble, elles commencèrent à nettoyer la pièce.

Faith ne se préoccupa pas de patrouiller ce soir là. Il n’y avait pas eu le moindre vampire à tuer depuis plus d’une semaine et elle avait le sentiment que quoi que ce soit qui ait commencé à les torturer, en avait fini pour la journée. Elle débarrassa après le dîner que Tara avait préparé pour elles, et alla au lit tôt. Pour un jour sans violence, il avait été particulièrement fatigant. Ce fut avec un certain soulagement qu’elle se glissa entre les draps frais.

« Est-ce que je peux entrer? »

Tara se tenait dans l’embrasure de la porte, habillée d’une robe de chambre et ses cheveux lâchés.

« Bien sur, » dit Faith. Elle se dépêcha de se pousser sur l’autre moitié du lit pour faire de la place à Tara afin qu’elle puisse s’asseoir.

Elle n’en fit rien. Elle entra et ferma la porte derrière elle, mais resta immobile prés d’elle.

« Plus tôt, » fit-elle. « Quand je t’ai dit ce qui s’est passé à la bibliothèque, tu as vraiment eu peur que je puisse me suicider, n’est-ce pas? »

«Ouais,» répondit Faith. «En effet.»

« Pourquoi? »

Faith remonta sur ses coudes et dévisagea Tara.

« Qu’est-ce que tu veux dire par pourquoi? Bien sur que je ne veux pas que tu meurs! »

« Oui, » répondit Tara. « Mais j’ai eu comme l’impression que ta réaction était plus personnelle que ça. Comme si tu avais peur de me perdre. »

Faith resta silencieuse pendant un très long moment.  Ou au moins ce qui parut un très long moment.

« C’était le cas » répondit-elle finalement. « C’est le cas. »

« J’ai été si occupée à faire le deuil de Willow, » reprit Tara. « que je n’avais pas réalisé jusqu’à maintenant combien j’en étais venue à t’apprécier. »

« Merci, je suppose » dit Faith, se sentant tout à fait déçue. Elle aurait espéré bien plus que “apprécier”.

« Si on était dans une période normale, et si nous étions des gens normaux, » fit Tara. « J’aurais essayé de te demander de sortir avec moi. »

« J’aurais dit oui » répondit Faith.

Tara sourit. « C’est bon à savoir » dit-elle.

« Cette chose qui est venue aujourd’hui, » continua-t-elle. « Je pense que cela va essayer de jouer de nos insécurités et nos faiblesses personnelles. Alors dans le but de le combattre, nous allons avoir besoin d’être aussi heureuses et contentes que possible. »

Faith hocha la tête. C’était sensé.

« Alors ce deuil dans lequel nous sommes va devoir cesser, aussi vite que possible. Nous devons avancer, et vite. Parce que j’ai l’impression que nous n’avons pas beaucoup de temps. »

Faith hocha de nouveau la tête.

« Alors je vais sauter toute la phase où on se demande de sortir, où on s’inquiète des sentiments et où on essaye de se rapprocher prudemment, et simplement te demander si je peux dormir dans ton lit ce soir. »

Il fallut une seconde ou deux à Faith pour saisir ce qu’elle venait d’entendre, et elle ne put toujours pas croire qu’elle avait bien compris.

« Je dors nue, » fit-elle.

Tara tira la cordelette qui tenait sa robe de chambre fermée et la laissa tomber sur le sol. Elle resta là, nue et belle comme une ancienne statue de quelque déesse voluptueuse.

« Je sais, » dit-elle.

Faith ne pouvait détacher ses yeux d’elle.

« Tu ne prévois pas vraiment de beaucoup dormir ce soir, non? » Demanda-t-elle.

« Non, » répondit Tara. « Pas vraiment. »

Faith repoussa les draps et l’invita prés d’elle.

« On pourrait aller au Canada, » disait Dawn au petit déjeuner quelques jours plus tard. “Vous deux pourriez vous marier et ensuite m’adopter.”

« Je suis beaucoup trop jeune pour être ta mère, » répliqua Faith.

Dawn bondissait ici et là dans la cuisine, réussissant sans savoir comment à faire des pancakes sans brûler ou renverser quoi que ce soit. Faith dévorait un pancake fraîchement fait. Tara était assise prés d’elle, appuyée contre son épaule. Faith se sentait comme si elle pouvait se réveiller à tout instant, comme si les choses ne pouvaient aller aussi bien pour de vrai. Mais en fait, c’était bien vrai.

« Tu vas patrouiller ce soir? » Demanda Tara.

« Ouais, » répondit Faith. « Quelques vampires ont du revenir, et j’ai entendu une rumeur sur des types étranges aux yeux mutilés que j’aimerais vérifier. »

La sonnerie de la porte retentit alors.

« J’y vais! » S’écria Dawn. « Vous deux restez là à vous faire des câlins! »

« Nous faire des câlins? » Fit Faith. « C’est ça qu’on est en train de faire? »

« C’est sur que oui » répondit Tara. « Faire des câlins et être insupportablement adorables. »

« Bien, » fit Faith. « Tant que je suis insupportable, ma réputation devrait survivre. »

Dawn revint en déboulant dans la cuisine.

« Regardez qui est là! » Cria-t-elle.

Faith et Tara levèrent les yeux pour voir Giles entrer, suivis par trois filles qu’elles n’avaient jamais vues.

« Hé Giles, » dit Faith. « Ça faisait longtemps. C’est quoi ce harem? »

« Je suis désolé mais je crains d’avoir de graves nouvelles. » Expliqua Giles. « Un grand mal est au travail, et ce, depuis quelques temps. Son but n’est rien d’autre que la destruction complète de la lignée des Tueuses, et il pourrait tout à fait réussir. »

Faith sourit.

« Ne vous inquiétez pas, » dit-elle, et pour une fois elle se sentait aussi confiante que sa voix ne le laissait apparaître. Elle passa son bras autour des épaules de Tara.

« Moi et ma sorcière, on va lui botter les fesses. »

 

Fin.

Trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire


trois − = 1

Must be tuesday.net © 2013
58 requetes. 0, 265 secondes.