Un devoir de famille

Ecrit par gabrielle.

 

Jake Shepard s’agita avec gêne sur son siège, pour ce qui lui sembla des millions de fois depuis une heure. Il prit son verra d’orangeade sur la table basse en face de lui et hocha la tête à ce que la femme à sa droite lui disait d’une voix chevrotante, espérant ainsi qu’être en train de boire l’empêcherait d’avoir quelque chose à répondre.

Il jeta un coup d’oeil aux deux jeunes filles en train de pleurer sur le canapé en face de lui et se demanda s’il devrait essayer d’offrir un sourire rassurant. Il y eut un silence, et pendant un moment, il lutta pour trouver quelque chose à dire.

Le bruit d’une porte qui s’ouvre et se referme et le son de pas s’approchant, survinrent alors juste à temps pour le sauver de son manque évident d’éloquence. Une autre jeune femme entra quelques secondes plus tard dans la pièce et il se leva pour la saluer.

 

“Voici Abby, l’ai… la plus âgée des soeurs d’Ashley.” lui indiqua Mme Williams. “Abby, voici le Commandant Shepard.” ajouta-t-elle pour sa fille.

 

Abby Williams hocha la tête sèchement dans sa direction, et il la vit déglutir péniblement à la mention de son nom. Elle était jolie, remarqua-t-il. “Plus jolie qu’Ashley,” ne put-il s’empêcher d’ajouter, mais il se réprimanda aussitôt. Ashley était morte. Quel genre d’homme ferait ce genre de comparaison à propos d’une femme morte? En particulier quand la femme en question était morte par sa faute? Ceci dit, il trouvait toutes les soeurs d’Ashley plus jolie qu’elle. Pas qu’il n’ait pas trouvé Ashley elle-même à son goût. Il grimaça en y repensant. Cela lui rappelait le temps où il ne voyait son artilleur que comme une jolie fille qu’il voulait sauter. Il ne voulait pas se rappeler de cette époque. Il ne voulait pas se souvenir que quand elle lui avait dit non, il n’avait plus vraiment cherché à la connaître.

 

Abby vint s’asseoir entre ses soeurs, et les attira dans ses bras, ce qui eut pour effet de redoubler les larmes, et Shepard se sentit plus mal encore que précédemment. Il essaya de nouveau de sourire, mais il n’était pas sur que ce qu’il avait réussi à faire ait quoi que ce soit à voir avec le sourire rassurant qu’il avait eu l’intention de produire. Ça n’avait pas de sens de toutes façons. Qu’essayait-il de leur dire? Que tout irait bien? Ashley était morte. Il n’y avait rien à faire qui puisse réparer ça.

 

Il se demanda ce qu’il faisait là. Il se souvint de Kaidan et Liara le convainquant de venir. Il aurait du dire non. Que savait Liara de ce que les humains devaient faire en pareilles circonstances de toutes façons?

 

Il prit une nouvelle gorgée de sa boisson, son cerveau marchant à toute vapeur à la recherche de quelque chose d’intelligent à dire. C’était ridicule. Il ne devrait pas se sentir aussi mal. Il était le Commandant Shepard après tout. Il donnait des coups de tête à des Krogans pour son petit déjeuner, insultait le Conseil quand il se rappelait de les informer de ce qu’il faisait, tuait des Geth par dizaines et venait de sauver la Citadelle d’une attaque massive. Quatre femmes en larmes ne devraient pas être si difficile à gérer.

 

Et pourtant, il était là à presque regretter de ne pas être allé aider Ashley plutôt que Kaidan sur Virmire : la visite qu’il aurait ainsi donné au père de Kaidan aurait été bien plus facile. Ancien militaire lui-même, l’homme l’aurait sans doute reçu avec plus de dignité. Il secoua la tête malgré lui. Il avait fait le bon choix. Il n’avait pas hésité l’espace d’une demi-seconde au moment de prendre sa décision. Ashley n’était rien de plus qu’un bon soldat, elle était sacrifiable. Il n’y avait rien de mal avec son choix et sa façon de penser. Tali, pourtant, avait recommandé qu’il garde ce genre de réflexions pour lui quand il serait avec les Williams. Tali, qui avait pleuré pendant des jours après Virmire. A un moment, les deux étaient devenues amies, et il n’avait même pas remarqué. Il supposait que cela avait à voir avec le fait que Tali soit fille unique et qu’être une grande soeur était une seconde nature pour Ashley. Plus naturel encore que sa méfiance des aliens. Shepard aurait aimé pouvoir dire aux soeurs et à la mère d’Ashley quelque chose d’inspiré à ce sujet. Mais les mots le fuirent plus encore qu’un Geth fantôme. Il crut se souvenir qu’Ashley n’était pas une grande bavarde non plus et qu’elle préférait les mots des poètes. Il n’avait pas fait assez attention cependant pour être certain.

 

La mère d’Ashley lui demanda alors s’il désirait un peu plus d’orangeade, et comme il hochait la tête, elle remplit son verre et lui tendit le datapad de photos qu’elle tenait. Il parcourut l’album de la famille rapidement et eut du mal à ne pas sourire en voyant le style garçon manqué qu’arborait Ashley à l’adolescence. Beaucoup des photos représentaient les filles ensemble, certaines Ashley et son père. Sur l’une d’entre elles, tous deux portaient leur uniforme d’apparat et souriaient fièrement à l’objectif. Sur la suivante, on pouvait à peine voir Ashley qui disparaissait dans l’embrassade collective de ses trois soeurs. Shepard déglutit péniblement. Aurait-il fait les mêmes choix si sa famille n’avait pas été tuée sur Mindoir? Les aurait-il laissé derrière et risqué sa vie de façon aussi évidente et volontaire que ne l’avait fait Ashley?

 

“Comment était-elle?” demanda soudain Sarah, la plus jeune des filles. “Pendant la mission, je veux dire.”

 

Shepard évalua ses options. Kaidan lui avait recommandé de raconter des anecdotes, des choses amusantes sur elle et Shepard chercha quelque chose pour suivre le conseil de son lieutenant, mais il réalisa rapidement qu’il ne trouvait rien. Il aurait aimé que ce soit parce qu’il était troublé ou distrait par l’émotion qui vibrait dans la pièce. Il eut encore un peu plus honte en réalisant que c’était tout simplement parce qu’il avait passé trop peu de temps avec elle. Il aurait aimé avoir quelque chose à raconter à ses soeurs qui les fassent sourire et leur fassent dire “C’est tout à fait elle”.Il aurait aimé avoir suffisamment d’imagination pour inventer une bonne histoire pour remplir ce rôle. Mais il n’était pas bon pour raconter des histoires, il était bon pour être un soldat et prendre les décisions que personne d’autre ne pouvait prendre.

 

“Elle va recevoir la Nova Cluster de la part des Turiens, et la Silver Dagger des Galariens pour sa bravoure. Elle sera la première humaine à recevoir ces médailles. C’est un immense honneur,” S’entendit-il dire à la place.

 

Elles hochèrent la tête faiblement et il continua à parler de devoir, de sacrifice, d’héroïsme, de comment Ashley s’était fait un grand nom. Les mots sonnaient vides et creux dans sa bouche, et tout ce qu’il voulait, c’était partir.

 

Quand il les laissa finalement à leur chagrin, il les entendit à peine le remercier d’être venu et quand il croisa leurs regards, il se demanda si elles se sentaient vraiment mieux.

 

Ce n’était clairement pas son cas.

Trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire


6 − cinq =

Must be tuesday.net © 2013
59 requetes. 0, 211 secondes.